jupiter



Photo de Jupiter photographié par Daniel Leclerc

C’est une planète géante gazeuse. En partant du soleil, C’est la cinquième planète de notre système solaire mais elle est la plus volumineuse et la plus massive. Elle est visible à l’œil nu dans notre ciel étoilé, c’est le 4ème objet le plus brillant après le soleil, la lune et vénus.

Composition :

Lorsqu’on observe Jupiter à travers un télescope, on voit d’énorme bande de nuages qui dissimulent la structure profonde de la planète. Les techniques modernes de mesures des rayonnements électromagnétiques (infrarouge, ultraviolet et radioélectrique) nous permettent d’avoir une idée précise de l’intérieur de la planète. C’est une énorme boule de gaz composée essentiellement d’ hydrogène et d’hélium Elle a une composition proche de celle du Soleil, , mais sa masse n´a pas été suffisante pour déclencher des réactions nucléaires et former une étoile.

Les mesures dans l'infrarouge ont montré que Jupiter émet plus d'énergie qu'elle n'en reçoit du soleil. Il existe au centre de Jupiter une source d’énergie qui augmente sa température interne. Elle est donc plus chaude qu’elle ne devrait l’être au vu de sa distance par rapport au soleil. Son noyau est composé de fer et de silicate. Comme la terre, elle possède un champ magnétique et a d’intense émissions radioélectriques. Dans les zones de latitudes élevées, les aurores polaires se développent. La sonde Voyager 1, à découvert que Jupiter possédait des anneaux, comme toutes les planètes gazeuses. Mais contrairement à ceux de saturne ils sont invisible depuis notre terre.

Les satellites Galiléens

En 1610, Galilée dispose d’une lunette astronomique de grossissement modeste, ne pouvant grossir que 3 fois la taille d’un objet. Il décide de perfectionner sa lunette à partir d’un modèle venu de Hollande. Il polit alors des lentilles afin de l’améliorer et réussit à atteindre un grossissement de 30. Il découvre 4 satellite naturel à Jupiter : Io, Europe, Ganymède et Calisto. Cette découverte à remis en cause le modèle géocentrique défendu par les astronomes de l’époque (les astronomes au 17ème siècle pensait que la terre était le centre de l’univers). Ces satellites font partis des plus grands objets du systèmes solaire. Leur taille est supérieure à celui d’une planète naine. Ganymède (la plus grosse) a une taille supérieure à celle de Mercure. Jupiter compte 79 satellite naturel, mais les satellites galiléens sont les seul suffisamment massif pour être de forme sphérique.

Io est le satellite le plus proche de Jupiter. Il est légèrement plus grand que notre lune. Ses interactions gravitationnelles avec Jupiter et les autres satellites de Jupiter crée sur ce satellite des effets de marées. C’est pourquoi Io connait une activité géologique la plus intense du système solaire. On y compte plus de 400 volcans en activité et plus de 100 montagnes dont certains sont plus haut que l’Everest.

Europe est la plus petite des lunes galiléennes. Il contient un noyau magnétique recouvert par une épaisse couche de glace qui lui donne un aspect très lisse. On observe à sa surface des éruptions de glace salé (Cryo volcanisme). Les chercheurs pensent que sous cette couche de glace se trouve un océan d’eau profond de plus de 100km. Ils espèrent que cet océan d’eau liquide abrite la vie.

Ganymède est le plus gros satellite de Jupiter mais aussi le plus gros de tout le système solaire. Le noyau de Ganymède est liquide et composé de fer. Un océan est présent sous la glace de surface, il pourrait contenir plus d’eau que l’ensemble des océans de la Terre

Calisto est la plus éloignée de Jupiter. Elle est composée essentiellement de roche et de glace. Sa surface est très cratérisée. Comme Europe, elle a sous sa glace un océane d’eau liquide qui pourrait abriter la vie.

La grande tache rouge

Photo de Jupiter photographié par Daniel Leclerc

Situé entre des bandes équatoriales de Jupiter, la Grande Tache rouge est une des caractéristiques les plus célèbres de la planète. C’est la tempête la plus puissante connue dans notre système solaire. Elle a été observer pour la première fois par Cassini au 17ème siècle. Il s’est servi de cette tache rouge pour déterminer la période de rotation de la planète. La taille de cet anticyclone est colossale : Il semblerait cependant que la tache rouge diminue de façon significatif (sa taille est ajour hui une fois la terre). Mais le vortex qui alimente cette tempête demeure toujours aussi puissant. Serait-elle en train de mourir ? Les observations dans les 20 prochaines années pourront peut-être nous le dire.

photo panneau

Prise le 25 janvier 2015, à Pointe-aux-Trembles (Montréal).
Daniel Leclerc
Télescope Newton Sky-Watcher 8 pouces, Barlow 4X. Caméra DBK21AU618.AS, filtre Baader UV/IR-Cut, 60 fps.
Photo obtenue en utilisant 44% des images d’un fichier avi de 4678 trames.
Empilements avec AutoStakkert! 2, ondelettes avec RegiStax
11 octobre 2013 à Pointe-aux-Trembles (Montréal).
Daniel Leclerc
Télescope Sky-Watcher 8 pouces, Barlow 4X, caméra CCD DBK21AU618.AS à 60fps. 5000 images empilées avec AutoStakkert ! 2, ondelettes avec IRIS.