la lune



La lune : l’astre le plus proche à observer et à explorer

Le plus ancien récit de voyage vers la Lune qui nous soit parvenu à plus de 1800 ans ! Vers 180 après J.C. , le Grec Lucien de Samosate imagine que les vents emportent un bateau vers notre satellite lors d’une tempête. Le peuple qui y vit est en guerre contre les habitants du Soleil.

Plus près de nous, en 1657, c’est une chaise à porteurs à laquelle sont attachés des feux d’artifice qui permet le voyage vers l’astre lunaire... sous la plume du poète Cyrano de Bergerac.

Lune photographiée par Christian Gagneux

En 1902, l’astre devient une star de cinéma au visage animé grâce au film comique de Georges Méliès « Le Voyage dans la Lune ».

Mais c’est trois siècles plus tard qu’ « On a (vraiment) marché sur la Lune », grâce aux six missions du programme américain Apollo et à ses fusées Saturn.

Qu’est-ce que cela a changé ?

Les 382 kilos de roches lunaires récoltés ont tout d’abord permis la découverte d’une activité volcanique ancienne. Les chercheurs ont pu ensuite retracer l’histoire géologique de notre satellite et expliquer son origine : la collision d’une protoplanète avec la Terre au début de sa formation il y a 4,5 milliards d’années.

Lune photographiée par Christian Gagneux

Le prochain programme américain Artemis, permettra à la première femme et au prochain homme de fouler le sol lunaire à l’horizon 2024.

Au programme des activités scientifiques, l’exploration du pôle Sud lunaire et la récolte d’éléments volatils permettant de comprendre la présence d’eau.

L’Europe y participera mais la Chine développe un programme concurrent en association avec la Russie.

Lune photographiée par Christian Gagneux

Loin de ces nouvelles tensions spatiales, on peut paisiblement observer la Lune depuis chez soi. C’est même la meilleure initiation à la mécanique céleste !

Chaque soir, la Lune semble presque changer de forme, passant en 28 jours d’un mince croissant à une sphère puis à un mince croissant de forme inverse jusqu’à disparition totale.

En réalité, la partie visible de la Lune est celle éclairée par le soleil. La rotation de la Terre et le déplacement de la Lune autour de notre planète modifient tous les jours notre point de vue d’observateur. Par exemple, lors de la nouvelle Lune, notre satellite est parfaitement aligné entre la Terre et le Soleil. À l’inverse, lors de la pleine Lune, la Terre se situe entre les deux astres.

Lune photographiée par Christian Gagneux

Un peu compliqué à visualiser ?

Tentez l’expérience avec une source de lumière fixe et une boule tenue à bout de bras. En tournant sur vous-même sans changer de place par rapport à la source lumineuse, vous observerez des changements d’ombre et de lumière sur la boule. Ils miment les phases de la Lune !

Lune photographiée par Christian Gagneux

Nous voyons toujours la même face de la Lune. On dit que la Lune à une rotation synchrone, c’est-à-dire que sa révolution autour de la Terre est égale à sa rotation sur elle-même. Pour l’autre face on parle de face cachée de la Lune, les seules personnes qui l’ont vu de leurs yeux sont les astronomes des missions Apollo. La Chine a actuellement une sonde posée sur cette face cachée.

Lune photographiée par Christian Gagneux

Que peut-on voir d’autre ?

Les tâches sombres visibles à l’œil nu sur notre satellite sont les « mers », de vastes bassins d’impact creusés par des astéroïdes puis remplis de lave solidifiée. On distingue aussi quelques cratères mais cela est beaucoup plus facile aux jumelles qui permettent de voir que le sol lunaire en est parsemé.

Vous avez une fibre artistique et aimez les jeux d’ombre et de lumière ?

Pourquoi ne pas vous essayer à la photographie ou au croquis lunaires !

photo panneau

Pleine lune du 27 février 2021 à Montmorency
Christian Gagneux
Canon EOS R, Sigma 60-600 à 600mm, ISO 800, f/7.1, 1/1600s
La lune en plein jour, dernier quartier du 04 avril 2021 à Montmorency Christian Gagneux
Canon EOS R, 60-600 à 600mm, ISO 6400, f/32, 1/800s